Aller au contenu principal

Comment gérer son sommeil en navigation ?

Publié le
20/06/17
  • Comment gérer son sommeil en navigation ?
    La fatigue peut-être à la fois physique et nerveuse (stress), et générer des erreurs et des accidents.

Plus une personne est jeune, moins elle se fatigue et plus elle récupère rapidement et vice-versa pour une personne âgée. Il est donc impératif pour le marin de se reposer et de connaître ses rythmes chrono-biologiques.

Le rythme veille / sommeil est propre à chaque individu (entre 20 et 28 heures).

Le sommeil se décompose en phases de 75 à 105 minutes. Pour connaître le début de chaque phase on peut noter les heures auxquelles on ressent l’envie de dormir. C’est toujours aux mêmes heures. Pour bien récupérer il est conseillé de faire une petite sieste et, le soir, de dormir au moment où on en ressent le besoin.

La durée du sommeil peut être sensiblement réduite (minimum 5h30 à 6 heures) sans affecter les capacités. En revanche, le manque de sommeil (durée trop courte, privation, etc.) entraîne des troubles : diminution de la mémoire, des capacités intellectuelles, de la vigilance, de la dextérité manuelle, troubles de l’humeur, etc.

La veille et le travail nocturnes sont plus ou moins bien supportés selon les personnes, d’où les difficultés des quarts-de-nuit et de la conservation de la vigilance. Le café peut retarder l’apparition du sommeil mais aussi en modifier la qualité.

Pour rester éveillé durant les quarts-de-nuit mieux vaut s’occuper et converser avec un équipier.