Aller au contenu principal

Le financement plaisance en LOA et crédit

Publié le
04/10/18
  • Le financement plaisance en LOA et crédit
    APRIL Marine a développé depuis 18 mois une stratégie pour le financement des bateaux. Edith Durandet, Responsable Financement chez APRIL Marine, en parle au micro d’Actu Nautique.

Actu Nautique : Quand on parle d'APRIL Marine sur les pontons, tout le monde pense à l'assurance mais depuis 18 mois APRIL Marine a mis en place une stratégie très forte pour faciliter le financement plaisance.

Edith Durandet : APRIL Marine spécialiste de la plaisance a choisi il y a 18 mois de prendre un virage et d'être un vrai courtier en financement et de pouvoir proposer à ses clients et aux plaisanciers en général des offres de financement complètes aussi bien en LOA qu'en crédit plaisance.

Actu Nautique : Une vraie alternative sur le marché pour un plaisancier, pour un chantier ou pour un concessionnaire qui veut faire financer un bateau neuf ou d'occasion.

Edith Durandet : Oui car notre offre est très large. Nous proposons des offres de financement aux particuliers et aux concessionnaires qui cherchent des solutions pour leurs clients.

Actu Nautique : C'est quoi la différence entre une LOA et un crédit ?

Edith Durandet : La LOA, c'est la Location avec Option d'Achat. En LOA, on peut financer des bateaux neufs de plus de 5,50 mètres vendus par un concessionnaire en France. Avec le crédit plaisance on peut financer tous les bateaux qui sont neufs mais de moins de 5,50 mètres, les bateaux d'occasion et également beaucoup d'autres choses.

Actu Nautique : Qu'est-ce qu'on peut financer par exemple en crédit plaisance ?

Edith Durandet : On peut financer des remorques, l'accastillage, des voiles, du refit... C'est-à-dire qu'un client qui a envie d'offrir une nouvelle jeunesse à son bateau ou de l'améliorer, APRIL Marine peut lui proposer des solutions en crédit et peut également financer les moteurs in-bord et hors-bord. J'en profite pour vous rappeler qu'on a signé un partenariat très récemment avec Mercury Marine à ce sujet. Nous facilitons le financement des moteurs Mercury Marine.

Actu Nautique : Est-ce nouveau ? Car avant, un moteur hors-bord pour une remotorisation n'était pas finançable, non ?

Edith Durandet : Effectivement, on sait que le moteur sur un bateau est un point financier important pour les plaisanciers. Nous proposons une solution pour simplifier l'acquisition d'un nouveau moteur et pour continuer à naviguer.

Actu Nautique : Si on s'intéresse à la LOA, en quoi cela consiste et en quoi est-ce particulièrement intéressant ?

Edith Durandet : Premièrement, c'est un avantage fiscal. Le législateur a décidé pour les LOA bateau d'offrir un abattement de TVA à 50 %, c'est-à-dire qu'au lieu de payer une TVA à 20 %, le client paye une TVA à 10% sur l'apport et les mensualités. Ce n'est donc pas neutre et au final c'est un avantage financier bien sûr pour le plaisancier.

Actu Nautique : Si on prend un bateau à 120 000 € TTC, est-ce que vous avez un petit exemple à nous citer en termes de mensualités et de financement ?

Edith Durandet : Pour un bateau à 120 000 €, si le client met 36 000 € d'apport environ cela correspond à 30 %, s'il finance son bateau sur 84 mois, au final le coût total du financement sera de 97 % soit aux alentours de 116 000 €. Le client va donc payer son bateau moins cher que le montant TTC qu'il vaut réellement au départ.

Actu Nautique : C'est vraiment quelque chose d'extrêmement attractif pour les plaisanciers.

Edith Durandet : C'est extrêmement attractif, surtout que l'option d'achat sera au final de 12 € donc c'est symbolique. Un plaisancier, au bout de trois ou quatre ans, va peut-être vouloir changer de bateau, reprendre un bateau un peu plus grand ou changer de modèle. En cas de revente, le repreneur pourra bénéficier de l'avantage fiscal et reprendre la LOA du vendeur, c'est un argument majeur de vente.

Actu Nautique : Ce sont donc des bateaux qui sont quasiment neufs ou très récents et bien entretenus. C'est un vrai argument pour l'acheteur du bateau d'occasion mais également pour le vendeur, non ?

Edith Durandet : En l'occurrence pour cet exemple-là, la personne qui va vouloir reprendre le bateau pourra le reprendre facilement et pourra continuer à bénéficier de l'avantage et surtout accéder à son rêve pour 970 € par mois.

Actu Nautique : Si on s'intéresse au crédit, le crédit bateau est un crédit assez proche finalement d'un crédit à la consommation ?

Edith Durandet : Tout à fait, c'est un crédit à la consommation, avec des taux négociés qui se pratiquent sur le marché, permettant au plaisancier d'acquérir tout un tas de choses auxquelles il n'aurait pas forcément pensé ou de faire des travaux sur son bateau. Grâce à nos solutions plaisance, ils peuvent moderniser et améliorer leur bateau et leurs conditions de navigation.

Actu Nautique : Comment se développe cette stratégie de financement depuis que vous l'avez mise en place ?

Actu Nautique Edith Durandet : Ça se développe très bien car notre force aujourd'hui c'est de travailler avec trois établissements bancaires différents pour chaque offre. Cela nous permet de comparer et de sélectionner l'offre la plus adaptée à notre client, à son environnement et à ses besoins. On se positionne donc en vrai courtier de financement aujourd'hui et on touche, je pense, un maximum de personnes.

Actu Nautique : Une vraie alternative aussi bien pour le plaisancier que pour le concessionnaire ou le constructeur ?

Edith Durandet : Totalement. On aide nos partenaires concessionnaires à vendre leurs bateaux et on aide aussi nos clients en direct à acquérir le bateau de leurs rêves.

Actu Nautique : Donc on l'aura compris, tout le monde connaissait APRIL Marine pour l'assurance bateau mais maintenant il faut bien comprendre qu'APRIL Marine est également une alternative dans le financement aussi bien en LOA qu'en crédit.