Aller au contenu principal

APRIL Marine vous conseille pour l'été

Publié le
03/07/12
  • APRIL Marine assureur prévention...
    Découvrez nos conseils pour naviguer en toute sécurité et profiter des douceurs de l'été.

 

Avant de partir :

 

  • Consultation de la météo marine (capitainerie, VHF, internet, téléphone y compris une application smartphone).Vous pouvez également consulter gratuitement la météo sur notre site internet. Si un coup de vent est annoncé, vérifier les amarres et les défenses de votre bateau.

 

  • Surveiller l’évolution du temps : orages ou grains ne sont pas toujours prévisibles. Apprenez à reconnaitre les signes annonciateurs et rentrez à temps ou prenez vos dispositions et, n’oubliez pas les rafales peuvent excéder jusqu’à 40% de plus, la vitesse de vent annoncée.

 

  •  50 % des demandes d’assistance sont dues à des pannes de moteur ou à des avaries qui auraient souvent pu être évitées. La panne de carburant en est l’exemple parfait. Ne vous mettez pas en situation délicate et vérifiez l’état de vos réservoirs au départ, en tenant compte de votre consommation horaire et du carburant restant.

 

 

En mer :

 

  • Le sens marin s'acquiert, il n'est pas inné. Le sécurité d'un bateau est avant tout dépendante de l'état d'esprit de son capitaine : un bon capitaine est habité par le doute. Le capitaine doit anticiper les scénarios catastrophes et prévoir une solution pour chacun d'entre eux. L'adage dit que les grands marins ont toujours 2 ou 3 solutions alternatives et que Tabarly en avait 4 !

 

  • Ne longez pas les côtes & ne passez pas à ras d'un cap, il faut toujours garder une distance de sécurité : à l’approche d’un cap, les fonds sont incertains, la météo plus rude et un événement imprévu est toujours possible. L’expérience a prouvé que le sinistre est souvent la conjonction de plusieurs éléments, l’arrêt du moteur est sans conséquence en pleine mer et peut avoir des conséquences terribles sous le vent d’une côte accidentée par 20 nœuds de vent… Soyez particulièrement vigilants dans la zone de profondeur inférieure à 10 m et encore plus vigilants dans la zone de 5 mètres. Les rochers à fleur d’eau sont rares et signalés dans les zones de profondeurs de plus de 10 m.

 

  • Les deux principaux risques d’incendie à bord sont les vapeurs d’essence et les fuites de gaz de cuisine ou de chauffage. Respectez bien les consignes d’utilisation des appareils à gaz et des moteurs à essence. Pour les moteurs inbord à essence, il faut normalement faire fonctionner les ventilateurs de cale (qui doivent être antidéflagrants) pendant plusieurs minutes avant d’actionner le démarreur.

 

 

Au mouillage :

 

  • Préférez aborder un mouillage à 90° de la côte en ayant bien repéré un amer (point de repère fixe et identifiable sans ambiguïté) .

 

  • Quand vous prenez un mouillage, pensez à la position du soleil par rapport à votre direction, les fonds sont plus visibles avec le soleil dans le dos. Pendant les manœuvres, le bon capitaine doit dire ce qu'il va faire, faire ce qu'il a dit, puis lors du débriefing dire ce qu'il a fait à son équipage.

 

  • Quand vous mouillez, pensez que la longueur de chaine se calcule en fonction de la profondeur majorée de la hauteur du davier par rapport à l’eau. C’est cette hauteur que vous devez multiplier par au moins 3 pour connaitre la longueur de chaine.

 

  • Pensez à fermer le bateau lorsque vous quittez le bord, ne laissez pas d’objet de valeur visible. Remontez votre annexe sur le pont pendant la nuit au mouillage. Rangez également vos équipements et effets personnels dans la cabine ou les coffres cadenassés.