Aller au contenu principal

L'auto-évaluation, nouveau service aux plaisanciers

Publié le
12/09/18
  • L'auto-évaluation, nouveau service aux plaisanciers
    Découvrez l'interview de Pascal Merlet, Responsable du développement courtage d'APRIL Marine par Nicolas Venance, Directeur de la rédaction d'Actu Nautique, au sujet du nouveau service d'auto-évaluation.

Actu nautique : Dans le monde de l'assurance bateau, APRIL Marine a créé le buzz il y a quelques semaines, en annonçant une nouveauté, l'auto-évaluation. C'est un véritable bouleversement dans le rapport entre le plaisancier et l'assureur. L'auto-évaluation, qu'est-ce que c'est ?

Pascal Merlet : L'innovation est dans l'ADN d'APRIL Marine. Nous avons mis en place un formulaire d'auto-évaluation au moment de la réalisation d'un projet d'assurance.

Actu nautique : Quelque part, est-ce qu'on peut dire que cela évite l'expertise de pré-assurance ?

Auto-évaluation Pascal Merlet : Oui évidemment. C'est un système qu'on a mis en place pour l'ensemble du marché du bateau d'occasion notamment, qui est le plus important à l'heure actuelle avec un volume de transactions significatif. Il y a beaucoup de ventes de bateaux qui se font de particulier à particulier et ce système que nous avons mis en place a la volonté de faciliter la plaisance en évitant le coût d'une expertise, et de rassurer les clients dans leur acquisition pour ensuite assurer convenablement leur bateau.

Actu nautique : Concrètement, auparavant, comment se passait l'expertise d'un bateau ?

Pascal Merlet : Auparavant, nous étions sur des expertises réalisées par des professionnels. Une expertise peut prendre jusqu'à trois semaines, entre le moment du rendez-vous, la réalisation de l'expertise et le compte rendu d'expertise. Maintenant, l'auto-évaluation peut se faire beaucoup plus vite et permet d'accéder rapidement à l'utilisation de son bateau tout en étant bien assuré.

Actu nautique : Comment fonctionne l'auto-évaluation ?

Pascal Merlet : C'est extrêmement simple. Le client va pouvoir, directement en ligne sur notre site web, réaliser son devis plaisance en saisissant quelques caractéristiques sur son bateau. Cela lui génère un formulaire sur lequel un certain nombre de questions propres à l'auto-évaluation lui seront présentées.

Actu nautique : Quel type de questions par exemple, très concrètement ?

Pascal Merlet : Ce sont vraiment des questions de bon sens qui vont permettre à l'acquéreur mais également peut être au vendeur, de prendre conscience que le bateau qui va être acquis est en parfait état de navigabilité. Cela peut être des questions sur le moteur, l'embase ou l'entretien des éléments techniques, parfois un peu complexe, mais également des questions sur le gréement pour un voilier. Cet outil permet de prendre conscience que ces éléments sont importants pour ensuite naviguer sereinement avec un bateau en bon état.

Actu nautique : En regardant les différentes questions de ce formulaire, j'imagine que le plaisancier acquéreur bénéficie et dispose quasiment d'un guide d'achat de son bateau ?

Pascal Merlet : On est exactement dans cette dynamique, on veut faciliter la plaisance tout en responsabilisant le plaisancier. Un bateau est un bien qui représente un élément important de son patrimoine et des moments de joie sur l'eau donc le bateau doit être 100% sécurisé. Ce questionnaire va justement aider à prendre conscience d'éléments qui sont décisifs pour le bon état de navigabilité du bateau.

Actu nautique : Une fois qu'on a rempli le questionnaire d'auto-évaluation, qu'est-ce qui se passe ?

Pascal Merlet : Tout peut se faire en ligne très rapidement. Le questionnaire d'auto-évaluation rempli nous revient et nous avons des collaborateurs, spécialisés dans le domaine, qui vont l'analyser et les valider sous un délai maximum de 48 heures. Cela permet ainsi de générer la souscription immédiate du contrat d'assurance.

Actu nautique : Dans certains cas, j'imagine qu'on peut directement souscrire et dans d'autres, si on détecte un problème sur le bateau, il peut y avoir une expertise à réaliser ?

Pascal Merlet : Oui, si les résultats montrent par exemple un moteur non révisé depuis 3 ou 4 ans, la prise de conscience est immédiate. La personne prendra alors l'initiative de le réviser.

Actu nautique : Dans ce cas-là, il suffit de fournir les factures d'entretien moteur ou d'entretien gréement et cela permet à APRIL Marine d'avoir une véritable vue de l'état du bateau ?

Pascal Merlet : Tout à fait, l'entretien ou la révision sont des éléments qui ne sont pas très onéreux et qui, en termes de prévention des avaries, sont particulièrement importants. Les factures montrent que le bateau est en bon état et nous confortent évidemment quant à la souscription du contrat d'assurance.

Actu nautique : Vous avez lancé ce nouveau service en ligne il y a quelques semaines, comment est-il reçu ?

Actu Nautique Pascal Merlet : Extrêmement bien puisque c'est quelque chose qui facilite encore un peu plus la plaisance. C'est dans la dynamique de ce que l'on fait chez APRIL Marine, on veut à la fois sensibiliser, responsabiliser et accompagner les plaisanciers. Notre job est l'accompagnement des clients tout au long de leur vie d'assuré de l'acquisition à la vente du bateau et de la souscription à la résiliation et naturellement cet outil d'auto-évaluation est particulièrement bien perçu aujourd'hui par nos plaisanciers.

Actu nautique : Merci beaucoup Pascal. On l'aura compris, chez APRIL Marine, la volonté est vraiment de faciliter la plaisance !