Aller au contenu principal

L'assurance bateau est-elle obligatoire ?

Publié le
07/09/18
  • L'assurance bateau est-elle obligatoire ?
    Découvrez l'interview de Lionel Boismery, le Président d'APRIL Marine par Nicolas Venance, Directeur de la rédaction d'Actu Nautique.

Actu nautique : Lionel Boismery, bonjour.

Lionel Boismery : Bonjour Nicolas.

Actu nautique : Lionel, aussi étonnant que ça puisse paraître, assurer un bateau en France n'est pas obligatoire.

Lionel Boismery : Oui effectivement, vous avez raison, assurer un bateau en France n'est pas obligatoire sauf quand on est présent dans un port parce qu'un bateau qui est dans un port doit être assuré un minimum en responsabilité civile (RC). La responsabilité civile va alors couvrir deux choses. Elle va couvrir, d'une part, les dommages causés aux tiers. Ce sont les dommages qui sont fait soit au port ou aux installations portuaires, soit aux bateaux des autres plaisanciers. D'autre part, elle va couvrir une chose importante qui est le retirement. C'est-à-dire que si le bateau coule dans un port, il faut être en mesure de le sortir pour libérer la place.

Actu nautique : Et si on est juste couvert en responsabilité civile dans un port et que notre bateau coule, on a alors perdu son bien et on n'est pas remboursé ?

Lionel Boismery : Oui exactement, la responsabilité civile ne couvre que les dommages au tiers mais en aucun cas notre bateau. Donc effectivement si le bateau coule, il n'est pas remboursé.

Actu nautique : En responsabilité civile, si je rentre dans un port et que je frotte un autre bateau ou que j'endommage un autre bateau, la responsabilité civile va fonctionner. C'est bien cela ?

Lionel Boismery : Oui, elle sert à se prémunir du risque financier d'abîmer le bien d'autrui. A titre anecdotique, on a un client qui a récemment heurté un yacht avec une très jolie peinture couleur marron glacé, coût de la réparation 76 000 €, donc bien évidemment, il était content d'être assuré.

Actu nautique : La responsabilité civile est obligatoire dans un port mais si, par exemple, j'ai mon bateau sur une remorque, n'ai-je pas besoin de l'assurer ?

Assurance Remorque Lionel Boismery : C'est un petit peu plus compliqué que ça. La réglementation fait qu'on n'est pas obligé d'assurer une remorque si elle fait moins de 750 kg parce qu'elle n'est pas immatriculée. En revanche, dès qu'elle est immatriculée, elle est obligatoirement assurée à minima en RC parce qu'elle roule comme un engin roulant sur route. Cela signifie qu'on est en toute légalité, on peut conduire sur route avec une remorque assurée mais cela ne couvrira pas le bateau en cas d'accident. Imaginons une remorque qui tracte un bateau qui se retourne, la remorque va être assurée mais pas le bateau donc les réparations du bateau seront à vos frais.

Actu nautique : Donc si on a un problème en utilisant ce bateau non couvert par une assurance, c'est 100 % de risque. Il faut être sacrément joueur pour ne pas assurer son bateau ou ne s'assurer qu'en RC en fait, non ?

Lionel Boismery : En quelque sorte oui, on sait que le prix d'un petit bateau est vite celui d'une grosse voiture et cela peut, comme vous le savez, aller très au-delà. Donc évidemment, la couverture du capital et la couverture financière en cas de sinistre sont très importantes.

Actu nautique : Chez APRIL Marine, que proposez-vous d'autre que la RC ?

Lionel Boismery : On a des contrats de RC seul et puis on propose des contrats multirisques qui sont des contrats qui vont couvrir différentes choses pour le plaisancier sur le bateau et surtout le risque de sinistre, de réparation, de perte du bateau où l'on va venir couvrir le risque financier lié à un élément aléatoire.

Actu nautique : Quand on prend une assurance multirisque, qu'est-ce que vous vous couvrez chez APRIL Marine ? Vous parlez d'un sinistre mais un sinistre c'est quoi ?

Lionel Boismery : Un sinistre, c'est quelque chose qui est aléatoire par nature. C'est par exemple une tempête dans un coin de France ou en mer qui va faire des dégâts sur le bateau, aller talonner une roche, avoir des coups de vent et puis venir taper malheureusement sur un quai et abimer son propre bateau ou celui d'autrui. Donc tout ça, c'est évidemment assuré par les assurances plaisance.

Actu nautique : Que proposez-vous comme garantie pour cela ? Quel type de remboursement ?

Lionel Boismery : On a plusieurs types de produits mais le principal c'est tout ce qu'on appelle les valeurs à neuf, c'est important pour un plaisancier. Les valeurs à neuf, cela veut dire que pendant une certaine durée, chez nous c'est 5 ans, on va assurer le bateau sur sa valeur d'achat. Ce qui est important parce que ça veut dire qu'au bout d'un certain temps, si vous perdez votre bateau, le bateau coule ou prend feu, on va vous remettre en situation d'acheter un bateau au même prix que celui que vous aviez acheté. C'est ce qu'on appelle la perte totale. Ensuite, on a ce qu'on appelle des avaries partielles, c'est typiquement « j'abime un bout de mon bateau » comme le moteur ou des petites parties d'un bateau qui peuvent être significatifs. On va vous rembourser soit en valeur économique ou valeur à dire d'expert ou bien en valeur à neuf pendant les 3 premières années du bateau. L'idée est de vous remettre dans la condition de pouvoir racheter votre bien ou remettre en état votre bien pour qu'il soit comme avant votre sinistre.

Actu nautique : Dans votre offre multirisque vous avez des solutions particulières pour les avaries, pouvez-vous m'en dire plus ?

Lionel Boismery : Oui pour être exacte, on parle d'avarie moteur. On a des choses qui sont très particulières dans les contrats parce que, notre métier, c'est d'assembler des briques et de faire un produit de spécialiste qui soit vraiment à destination des plaisanciers. La brique que vous mentionnez, l'avarie moteur, est en fait une brique qui sert à couvrir le moteur en cas de casse. Donc je ne suis pas en train de parler d'un sinistre mais de casse moteur, c'est-à-dire, je navigue, mon moteur casse, ou je tourne la clef pour démarrer, le moteur casse, et bien APRIL Marine va prendre en charge les réparations du moteur s'il a moins de 20 ans et s'il a moins de 1 000 heures. Et j'insiste sur le mot casse parce que c'est vraiment le sujet.

Actu nautique : C'est quelque chose d'assez unique, parce que sur le marché il n'y a pas beaucoup d'assureurs qui proposent cette garantie. C'est vous qui avez d'ailleurs créé ce type de couverture ?

Avarie moteur Lionel Boismery : Oui on l'a lancé il y a à peu près 3 ans. Cela correspondait à un besoin des plaisanciers car le marché français, c'est essentiellement du bateau à moteur. Quand on achète un bateau moteur, le vrai gros risque c'est le moteur donc bien évidemment, le plaisancier quand il achète un bateau moteur, il veut être sûr que son moteur va durer et qu'il va être en bon état de fonctionnement. On vient justement le rassurer sur cet élément-là, en garantissant son moteur jusqu'à sa 20ème année.

Actu nautique : Vous proposez des choses assez étonnantes. Alors dans le désordre, car je ne suis pas spécialiste en assurance, une conciergerie, vous envoyez la météo par email et plein de services qui viennent faciliter la vie des plaisanciers.

Lionel Boismery : Oui, l'idée c'est de faciliter la vie des plaisanciers donc nos produits sont faits avec beaucoup de services et beaucoup de garanties qui simplifient la vie du plaisancier. On est plaisancier, on se met à la place de nos clients et on construit nos produits pour qu'ils répondent à leurs besoins. Vous mentionniez l'exemple de la météo. Le client choisit le lieu où se situe son bateau et APRIL Marine lui envoie tous les jours, par email, un bulletin météo avec les prévisions à 5 jours et s'il le souhaite on peut même y attacher les fichiers Grib pour qu'il puisse les intégrer dans son logiciel. Un autre exemple, vous parliez de la conciergerie, c'est notre Nina. Nina est au service de nos clients. C'est une conciergerie virtuelle où vous pouvez envoyer un email 7j/7, 24h/24. Par exemple « Bonjour je souhaite réserver une place de port à Porquerolles pour dans trois jours », soit Nina va directement réserver la place de port, soit elle va dire qu'elle n'a pas trouvé de place de port parce qu'on est le 14 juillet dans trois jours et que du coup c'est complet. Cependant, elle va vous proposer une solution alternative de type « J'ai trouvé une place à Giens » et elle va vous proposer de la réserver. Autre exemple, pour trouver un bien d'occasion. Vous cherchez une pièce moteur, une montre ou n'importe quoi, elle est là pour vous aider. Elle est là pour vous accompagner dans votre vie de plaisancier mais aussi toute l'année. L'idée c'est de vous faciliter vraiment la vie.

Actu nautique : Dans le même ordre d'idée, vous envoyez directement les contrats d'assurance au port de plaisance pour éviter que le plaisancier ne le fasse. On comprend tout de suite quand on a un bateau, l'épine du pied que ça enlève. Je voulais parler en conclusion d'un dernier service que vous proposez, qui est l'assistance et le remorquage, ça c'est étonnant !

Lionel Boismery : C'est étonnant pour un plaisancier, vous avez raison de le dire comme ça. On a lancé ce service en 2012. L'idée au départ c'était de dire, nos clients sont souvent des automobilistes, ils ont l'habitude de l'assistance 0 km. On a essayé, pour faire simple, de faire exactement la même chose en plaisance donc on a mis en place un service d'assistance. Si vous êtes en mer et que vous tombez en panne, ce qu'on appelle une panne immobilisante, au lieu d'appeler la SNSM, au lieu d'être en panique, vous pensez à appeler APRIL Marine Assistance qui va s'occuper de vous. Dans un premier temps on va essayer de diagnostiquer la panne avec des techniciens au téléphone, qui sont des spécialistes nautiques, ils vont essayer de vous dépanner et de vous faire repartir. S'ils arrivent à vous faire repartir, c'est génial vous avez sauvé votre journée de navigation et ça c'est juste fantastique pour un plaisancier. S'ils n'y arrivent pas, on va vous envoyer un bateau qui va venir avec un technicien, soit réparer sur place et vous continuez votre journée de navigation, soit il va vous remorquer jusqu'à un port et là vous pourrez faire vos réparations. Dans ce cadre-là, il y aura une prise en charge par APRIL Marine de 2h de main d'œuvre du technicien qui va réparer votre bateau. L'idée de l'assistance à quai et en mer, c'est vraiment aussi de sécuriser le plaisancier et de lui donner toute la sérénité nécessaire quand il part en mer car bien évidemment, ce n'est pas pareil que de tomber en panne au rond-point du coin. Donc on est vraiment là pour essayer de simplifier les choses, de faciliter et de rendre la vie un peu plus sereine pour le plaisancier.

Actu nautique : Donc chez APRIL Marine vous voulez rendre la plaisance plus facile ?

Actu Nautique Lionel Boismery : C'est l'idée, parce qu'on est très nombreux dans les équipes à être plaisancier et à avoir une certaine expérience du nautisme. En se mettant à la place du client, on arrive à faire des choses qui simplifient la vie. Vous l'avez dit tout à l'heure tous les services, l'assistance, la météo, les envois d'attestation au port simplifient la plaisance et simplifier, c'est notre job tous les jours.

Actu nautique : On aura compris que si assurer un bateau n'est pas obligatoire, c'est fortement conseillé d'après la valeur du bateau et l'usage que l'on en fait. Merci beaucoup Lionel Boismery, d'avoir partagé votre passion de la plaisance avec nous.

Lionel Boismery : C'était avec plaisir, merci Nicolas.